LES FESSÉES SONT CONTESTÉES

L’Organisation  Mondiale  de  la  Santé   OMS  (réf. 40)

dans son rapport sur “La violence et la santé” de novembre 2002, fait de la violence envers les jeunes un problème de santé publique et l’affirme en ces termes (page 47) :


Le comportement des parents et le milieu familial 

jouent un rôle essentiel dans le développement

d’un comportement violent chez les jeunes.

On estime de plus en plus qu’il peut être bénéfique

de former tous les parents et les futurs parents”


“Des châtiments corporels sévères pour punir les enfants sont des prédicteurs importants de la violence pendant l’adolescence et les premières années de l’état adulte” (page 36).

“Un grand nombre d’études montrent que cette pratique est un facteur important dans le développement de comportements violents et qu’elle est associée à d’autres problèmes pendant l’enfance et plus tard dans la vie” (page 71). “Il ressort de plusieurs évaluations que la formation au rôle de parent donne de bons résultats et qu’elle contribue durablement à la réduction des comportements antisociaux”.

Un Congrès de pédiatres américains ayant travaillé sur les effets des punitions corporelles et réunis en 1996 faisait l'unanimité pour affirmer que plus durement, fréquemment et longuement ces punitions sont utilisées et plus l’enfant développera des conduites agressives et antisociales comme adolescent ou adulte (réf.1).

Le  Conseil  de  l’Europe

dans son rapport d’octobre 2002, note de son côté : “le Comité considère qu’il ne peut être accepté qu’une société qui interdit toute forme de violence entre adultes tolère que les adultes infligent des violences physiques aux enfants” (réf. 41, page 6).

Dans sa séance du 23 juin 2004, il incite fermement les États membres à prohiber par la loi “même les petites fessées aux enfants”.

"Il s’agit de promouvoir des programmes de préparation à la fonction de parents pour leur apprendre à pratiquer une discipline positive en recourant à d’autres moyens que les punitions corporelles” (réf. 41 page 7).

Frapper ses enfants, c’est donner le mauvais exemple

Le 15 juin 2008, Le Conseil a lancé une grande campagne de sensibilisation appelée "Lève la main contre la fessée" accompagnée de brochures d'information et de spots publicitaires que l'on peut se procurer facilement (cliquer sur l'image ci-dessus pour se connecter).

Le 10 septembre 2008, ont été réunis les représentants des 47 États Membres du Conseil de l'Europe dans le but de leur faire signer à chacun un engagement :

- à réformer la législation de son pays en y introduisant la prohibition des châtiments corporels

- à promouvoir la parentalité positive

- à sensibiliser ses ressortissants aux droits de l'enfant.

La liste des signataires est publiée sur le site : on y constate malheureusement que la France et l'Angleterre sont parmi les très rares pays qui n'ont ni aboli les punitions corporelles ni signé l'engagement à évoluer.


On peut aussi voir sur Youtube un joli petit film du Conseil de l’Europe “levez la main contre la fessée” : http://www.youtube.com/watch?v=Aj1fWgCeo-o


L'ONU

a déclaré en 2000 les années 2001 - 2010 "Décennie pour une culture de la paix et de la non-violence pour les enfants du monde". Elle renforce sa position en août 2006 à la suite d'une longue enquête internationale faite par un expert indépendant Monsieur Paulo Sergio Pinheiro. L'ONU prend alors clairement parti : “j’engage les États à interdire, quel que soit le contexte, toutes les formes de violence à l’encontre des enfants, y compris tous les châtiments corporels”.


Peut-on en effet espérer agir sur la violence

qui met si fortement en péril notre monde actuel

si on ne peut arriver à régler de façon non violente

les conflits qui surgissent au quotidien dans les familles ?



L’UNICEF

note dans son rapport de 2003 : “La violence contre les enfants, même à des niveaux que les parents ne jugent pas abusifs, est accusée de mettre en danger le développement mental et émotionnel de l’enfant et de favoriser un vaste éventail de problèmes dans la suite de la vie”.

En 2010, l’Unicef dénonce à nouveau les violences exercées dans le milieu scolaire contre les enfants d’Afrique : les brimades, les violences sexuelles et les châtiments corporels sont encore monnaie courante dans les écoles d’ Afrique de l’ouest et du centre selon un rapport publié le 18 mai 2010, qui appelle les gouvernements à harmoniser leurs lois sur la protection de l’enfance et l’éducation, et à imposer aux établissements scolaires des normes plus strictes en vue de réduire la violence.


Les  Pédagogues

Les livres consacrés à l'éducation familiale des enfants, écrits par des pédagogues reconnus, sont extrêmement nombreux, mais aucun d'eux ne vante les mérites de la punition corporelle. Seuls quelques très rares individus isolés, n'apportant aucune preuve à l'appui de leur conviction, disent qu'ils restent personnellement fidèles à la fessée. Quelques autres se contentent de dire aux parents débordés par des comportements dérangeants qu'ils sont pardonnables de fesser parfois. Mais tous les pédagogues notables ont pris position de façon ferme sur le sujet : Françoise Dolto, le Professeur Rufo, les pédiatres Edwige Antier et Aldo Naouri de même que le "Larousse des parents" pour qui "la punition corporelle est à proscrire". Et les éducateurs des enfants les plus difficiles placés en maisons spécialisées s’interdisent tout recours aux punitions corporelles, donnant ainsi un bel exemple aux parents d'enfants dérangeants.


L'Église  anglicane  d'Australie

a pris récemment parti contre l'usage des punitions corporelles après constatation des effets négatifs de ces punitions sur la violence et la délinquance des jeunes. Elle tient ainsi à mettre fin au proverbe biblique à qui on faisait dire "si tu épargnes le bâton tu pourris l'enfant".                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

 
page suivantePage_5.htmlPage_5.htmlshapeimage_3_link_0