Texte

 

PÉTITION

Si vous voulez nous aider à obtenir l’abolition de l’usage des punitions corporelles en France et une large information des parents et éducateurs pour qu’ils puissent évoluer vers une éducation positive des enfants, signez la pétition suivante et envoyez-là à notre Ministre des Affaires Sociales et de la Santé :

Madame la Ministre Marisol Touraine    14 Avenue Duquesne      75350  Paris  O7  cedex

Ni  claques  ni  fessées

Parce que les enfants ont besoin d’être guidés et non bousculés par des gestes qui les angoissent et limitent ainsi leurs capacités d'apprentissage. 

Parce que les fessées fournissent un mauvais modèle de solution des conflits,  modèle que les enfants reproduiront en un cercle vicieux de la violence.

Parce que des milliers d’enfants souffrent chaque année d’abus sous couvert de discipline et que des centaines en meurent.

Parce que la violence familiale détruit chez l'enfant la certitude d'être aimé dont nous avons tous  besoin.

Parce que des travaux scientifiques de plus en plus nombreux montrent les effets nocifs des punitions corporelles : augmentation des accidents, des maladies, de la délinquance, de la dépression, de la toxicomanie, de l’alcoolisme. des suicides, chez ceux qui les ont subies.  

Parce que l'OMS, l'UNICEF, l'ONU et le Conseil de l'EUROPE insistent fortement pour que toute forme de châtiment corporel des enfants soit abolie et que tous les parents soient formés à éduquer sans violence.

Parce que la France a signé le 7 mai 1999 la Charte Sociale Européenne dont l’article 17 exige une interdiction en droit de toute forme de violence envers les enfants. Vingt deux des vingt sept pays de l’Union Européenne ont déjà aboli l’usage des punitions corporelles, depuis plus de trente ans pour certains.

Parce qu'en s'entraidant et en s'informant, on peut tous arriver à élever les enfants sans claques, ni fessées, ni humiliations, sans pour autant exclure la fermeté. 
Des méthodes d’éducation positive existent qui doivent être enseignées aux parents.

Nous demandons donc qu'il soit mis fin aux punitions corporelles appliquées aux enfants par :
    1 - Une meilleure formulation de la Loi qui dise clairement le droit de l'enfant à être élevé sans claques                               ni fessées et le devoir du parent contrevenant de se faire aider dans sa tâche éducative.

    2 - La diffusion par tous les moyens,  auprès des parents et éducateurs, des informations qui peuvent les aider à passer à une éducation positive, sans violence ni humiliation.
                     Nom, prénom, adresse :				                    Signature
	












Accueil.html